lundi 16 novembre 2009

Quand ça me parle au coeur


En ce moment, pour de multiples raisons, je n'ai pas le temps de rédiger ce que je voudrais. Je vous offre donc des choses que j'aime, à défaut....pour vous aider à patienter....

"Choses qui font qu'on se demande pourquoi on est triste"

Ecoute Est-ce le vent ? Ecoute Réveille toi
Est-ce un renard ? Le vent ? Est-ce un pas ? Qui hésite ?
Est-ce un oiseau de nuit clopinant sur le toit ?
Est-ce un chagrin de mes dix ans ayant rejoint ma piste ?

Ou bien l'hésitation à la marge des bois
d'une bête en suspens entre l'ombre et la fuite ?

Ecoute On a marché Il faudrait aller voir
C'est peut-être le vent qui fait battre un volet
dans une maison basse au fond de ma mémoire
que j'ai oublié de fermer avant de m'en aller
pour toujours il y a des années
et le volet n'en finit pas dans une autre nuit noire
de battre sur le mur disparu comme si le mur et lui
existaient

Ecoute Est-ce la pluie ou bien le vent dehors
qui font glisser le long du silence étonné
le chuchotis furtif d'une averse qui s'endort
puis qui reprend fait halte encore et recommence à pianoter ?
Ai-je rêvé que je pleurais ? Ai-je rêvé que j'étais mort ?
Et maintenant est-ce la pluie sur cette joue ou les larmes que j'ai rêvées ?

Etait-ce toi qui m'attendait minuit d'une autre vie ?
Je me suis égaré J'ai cherché très longtemps l'orée et le chemin
J'ai dû marcher des heures dans l'humus sous la pluie
et quand j'ai reconnu la barrière l'allée d'ormeaux le grand pin
qui donc était sur le seuil soulevant la lampe à pétrole dans la nuit ?
(et dans la cheminée brûlait un grand feu qui sentait la résine et le pin)

Ecoute C'est le vent qui se trompe d'année
qui confond les saisons les pays mon absence
le vent qui ne sait plus où il s'est égaré
C'est lui qui bat Ou bien mon coeur A quoi pense-t-il ?
Il bat si loin de moi comme à la dérobée
Est-ce que tu te souviens de la promesse d'enfance ?

On a frappé Je vais ouvrir Ce n'est que moi
Je venais visiter celui que j'ai cru être
Où est la lampe ? Qui a éteint le feu de bois ?
Je passais par ici Il y avait autrefois une allée de grand hêtres
Non C'était des ormeaux On les a abattus
Je vais repartir Ne vous occupez pas Il fait déjà froid

Ce n'est que moi Et je m'en vais Odeur d'hiver et de salpêtre
Ecoute Est-ce le vent ? Etait-ce moi ? Une heure sonne

Ce n'est que moi Ou bien le vent Ou bien personne


Claude Roy,
13 Avril 1957, dans le recueil "somme toute" (à vérifier)


tilidom.com

62 commentaires:

  1. "...On a frappé Je vais ouvrir Ce n'est que moi
    Je venais visiter celui que j'ai cru être...."

    J'aime énormément .
    Ces vers posent la question fondamentale à laquelle nous pensons si rarement : qui suis je ?

    RépondreSupprimer
  2. Oui, Jean, tout à fait ! Il est bon aussi de se retourner parfois, afin de mieux se re-connaître...qui étions-nous, dont nous nous sommes éloigné ? où se trouve notre "vérité" intérieure ? "Qui étions-nous" éclaire aussi sur notre devenir...

    RépondreSupprimer
  3. je le redis, anne, ta voix de velours grave sied comme une mitaine de résille noir à ces
    mots-aime:
    c'est du beau, du très beau, du très chaud et du très grand!
    MERCI anne :()
    (c'est un bécot, un poil grenouille...)

    RépondreSupprimer
  4. Merci ma Dom ! J'en suis toute rose de confusion ! heureuse que ça te plaise....!

    RépondreSupprimer
  5. Merci anne, c'est bouleversant et si sincére...
    Ta voix, ces mots et oui ce questionnenemt qui nou taraude, qui suis-je?
    Je t'embrasse, fort.
    Amitiés.
    Blue

    RépondreSupprimer
  6. Merci, Blue ! Claude Roy, ça a été une découverte fulgurante, il y a plus de 25 ans, et ce texte particulièrement m'a toujours transportée - et interrogée.
    Nous aurons la réponse...plus tard, au passé. Avant, nous sommes à bâtir, faisons de la belle ouvrage, tant qu'à faire ! :)
    je t'embrasse, Blue, fort, oui.
    j'aime que tu sois dans le coin...!

    RépondreSupprimer
  7. Oui, Anne, c'est bien aussi de nous offrir ce que tu aimes... en attendant...
    Est-ce Montaigne ou Montesquieu qui a écrit qu'il n'avait jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé??
    Heureux homme!
    Mais il y a tant de réponses dans les textes, tant d'aides dans les moments difficiles.
    Pour ma part je les cherche plutôt chez Pierre Dac ou Alphonse Allais.
    Les mélancoliques, c'est quand je ne le suis pas..
    PP

    RépondreSupprimer
  8. Blue :♥♥♥...:) j'vois que Raynette a fait écho....!!!!

    Pomme : ça, c'est plein de sagesse ! déjà qu'on patauge, si en plus on s'en rajoute....! Montaigne a raison...jusqu'à un certain point ! hélas, "ça" te rattrappe vite au tournant...!
    on tiendra...

    RépondreSupprimer
  9. Ces mots, ta voix posée dessus, quelle émotion.

    Bises, Anne.
    L'oiseau

    RépondreSupprimer
  10. Merci, l'Oiseau...Je sais que tu apprécies ce texte particulièrement, aussi.
    je t'embrasse. :)

    RépondreSupprimer
  11. oh ! super... tu t'y es mise alors ! fantastique de t'entendre ici ! Merci pour ce texte : je me le garde au chaud pour les longues soirées d'hiver. (moi aussi je t'ai à l'œil ou plutôt à l'oreille :-)
    quand je suis triste, mystérieusement j'ai besoin de textes tristes : ils me font du bien. je me suis arrêtée sur cette phrase : "le volet n'en finit pas dans une autre nuit noire de battre sur le mur disparu comme si le mur et lui
    existaient" : cette tristesse qui nous saisie si souvent sans raison apparente c'est sans doute les maux de l'enfance que l'on rejouent sans cesse malgré nous et ce volet continue de battre alors qu'il n'y a plus de raison, alors que nous ne sommes plus cet enfant là. J'attends que les oripeaux tombent. les lambeaux de cette tristesse qui ne tient déjà plus qu'à un fil.

    RépondreSupprimer
  12. Alors aide-le à tomber, Carole, ce lambeau souffreteux attaché à tes pas, qu'il ne t'encombre plus...j'ai pensé la même chose que toi sur ce moment du texte, il est....ah, vraiment magique, d'une telle résonnance....!
    Merci de passer lire - et écouter ! ça me fait bien plaisir...!

    RépondreSupprimer
  13. Anne, superbe texte, entendre ta voix le lire était très émouvant, je te voyais en fermant les yeux. Je t'embrasse. Les volets, les murs, me parlent aussi...

    RépondreSupprimer
  14. Je suis contente que cela t'ait plu, ma Kat, et qu'au passage se soient réanimés quelques souvenirs de beaux moments vécus ensembles....
    Ce texte est beau, très fort, j'ai tenté de le servir au mieux de mon possible...
    bisous, Kat ! ♥

    RépondreSupprimer
  15. Bravo !
    mais comment écouter la voix ?
    au fait salut à vous trois...

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir, Jorge ! pour écouter...tu as bien le petit lecteur qui s'affiche sous le texte ?
    Il suffit de cliquer sur le petit carré vert de gauche, et d'attendre que le fichier se lance - normalement, ça fonctionne ainsi....Redis-moi si tu as un souci, j'arrangerai cela !

    RépondreSupprimer
  17. J'aime beaucoup Claude Roy depuis aussi bien des années ..la poésie et l'intensité de ses
    et de ses textes ..ça résonne si proche de ceux que nous sommes de nos propres émois
    Et j'aime ta belle voix qui trouve toujours l'émotion juste
    Bisous

    RépondreSupprimer
  18. 20 points d'interrogation, c'est assez dire que le poète cherche...
    mais qui questionne t il?
    le Temps et son cortège de fantômes mélancoliques maquillés de regrets,
    la mort, comme ultime rendez vous avec soi même, avec les autres, avec le monde
    l'amour, comme façon unique de survivre à la perte du corps, ce compagnon parfois si douloureux et lourd
    d'être seul, d' être vieux, d'être en corps...

    qu'il est riche et profond, anne, ton choix pour les mots de Claude Roy

    RépondreSupprimer
  19. Pour penser tout cela, faut etre tout seul, assis sur un gros rocher, face à la mer...
    ou bien somnolant près d'un feu de cheminée en hiver, lorsque le livre glisse de tes mains, et tombe à terre, faisant sursauter le chien qui dormait bien...
    bisou la sauvageonne, j'aime bien tes songes...

    RépondreSupprimer
  20. toc toc toc...ce n'est que moi...
    Comme ce poême me parle !
    "...je me suis égaré, j'ai cherché très longtemps l'orée et le chemin, j'ai du marcher des heures dans l'humus, sous la pluie..."
    J'ai trouvé sur le chemin des clés ; elles n'ont pas ouvert toutes les portes...il faut continuer chercher encore, regarder autrement peut être? avancer toujours...
    Ce poême te ressemble Anne... j'aime la voix qui nous raconte cette histoire ; c'est la tienne ?
    amicales pensées

    RépondreSupprimer
  21. Lyse : merci Lyse ! Je savais que Claude Roy ne te laisserait pas indifférente !

    Dom : Merci ! ce n'est même pas un choix, d'ailleurs : j'ai rencontré ce poète par ce texte, il y a plus de 25 ans, et ce fut une fulgurance, ce texte m'a suivi durant toutes ces années....

    Pierrot : ça me touche, merci...oui, faut des moments comme ça...

    Rénica ; oui, c'est ma voix. En effet, il y a comme un écho en ce poème, quelque chose de moi qui doit s'y retrouver, pour que l'émotion soit intacte au bout de tant d'années.....

    RépondreSupprimer
  22. hello ma douce et sauvage, suis juste passée de faire une bise et prendre de tes nouvelles...
    Blue

    RépondreSupprimer
  23. Hello, Blue ! je m'accroche de tout ce qui me reste de crocs, ce pourquoi je suis moins présente en ligne - et ça me touche, ta présence attentive, c'est une douceur... bisous !

    RépondreSupprimer
  24. Bonsoir Anne,
    Quelle bonne idée de nous lire ce poème de Claude Roy, que je ne connaissais pas, je l'avoue... Le fait que tu le lises, fait que nous nous en imprégnons encore davantage. C'est vraiment une riche idée.
    Bonne fin de soirée, Anne, et douce nuit.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  25. Merci, Françoise ! ravie que ça te plaise ! Bonne soirée aussi et grosses bises !

    RépondreSupprimer
  26. SONNET XXXIX FOR KATIE

    I went downtown, saw Katie in the nude
    on Common Avenue, detracted soltitude
    as it were, like a dream-state rosely hued,
    like no one else could see her; DAMN! I phewed;

    was reciprokelly then, thank heaven, viewed,
    bestowed unique hard-on! but NOT eschewed,
    contrair-ee-lee, she took a somewhat rude
    'n readidy attude of Sex Prelude; it BREWED!

    And for a start, i hiccuped "Hi!", imbued
    with Moooood! She toodledooed: "How queued
    your awe-full specie-ally-tee, Sir Lewd,
    to prove (alas!), to have me finely screwed,

    and hopef'lly afterwards beloved, wooed,
    alive, huh? Don't you even DO it, Duu-uuude!"

    My English Poetry Blog

    N'est-que pas que la solitude elle-mème eveille quelque attente fébrile? Voici l'entrée, vide, discrètetement illuminée comme une musée nocturne – la terasse, avec ses torchères ondoyantes par un soir d'Avent étrangement doux – laissant le vestibule et les murmures de voix – la chambre immaculée immaculée et la musique de danse derrière le mur – et le bar à cocktails mondains – le bassin où le nageur s'entrâine, longeur après longeur, il en n'a jamais assez, il doit y mettre de sien – enfin, tournant vers le haut au coin du sombre couloir vient la fille noire et pâle, altière, déterminée et de style épuré, ainsi qu'un moderne avion de chasse suédois.

    Poétudes

    More...

    Exit time. Las chicas dejan el espejo de bar
    dormindose en sus corazónes de alta traícion.
    El Señor no levanta. Él pastorea a sus pies
    los presuntos compradores. Y nos bendice.

    My spanish poetry blog

    More...

    Consider Sex and time, procreation, reincarnation. Trigonometry! I envisage the time axis as the repetitive tangens function. Do you see what I mean? What can be tentatively derived from this notion? Clue: orgasm AND birth pangs at tan 0.

    My Philosophy

    My Music Blog

    My Babe Wallpapers

    You are very welcome to promote your blog on mine. They are well frequented, so there's mutual benefit.

    - Peter Ingestad, Sweden

    RépondreSupprimer
  27. En règle générale, parce que j'écoute le vent, le chien, le cheval, la pluie, les chats, le bois qui crépite,le silence, je n'écoute pas le son des blogs ;-(....
    Je suis revenue pour lire doucement, tranquillement, et j'ai fini par écouter ce que dit ce si beau poème et dans la douceur d'un matin où deux chats ronronnent et un chien soupire sa promenade, la belle voix d'Anne s'est installée chez moi, je suis allée nous faire un p'tit noir à siroter avec des gaufrettes.
    Merci pour ce moment.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  28. P'tit coucou du samedi Anne, bise et passe un bon week end...

    RépondreSupprimer
  29. Ce matin, en buvant mon café, alors que le jour commençait tout juste à se lever, je pensais à toi...dans ta campagne, entourée des bois, avec les hi han de l'ane....bisou Anne, passe une bonne journée...

    RépondreSupprimer
  30. une petite pensée pour toi...bizettes

    RépondreSupprimer
  31. Kraxpelax, Hello, welcome.....

    Lulu : Pardon d'avoir tardé à répondre Lulu, y avait tempête en la demeure....merci à toi d'avoir dérogé à tes principes pour l'occasion, j'en suis touchée. Heureuse que ça t'aie plu !

    Pierrot : Merci de tes passages Pierrot, merci de tes p'tits sourire, ils ont su percer les nuages.....

    Rénica : Là, je te remercie beaucoup, j'en avais bien besoin, ça fait et plaisir et du bien ! bises à toi, je te suis aussi.....

    RépondreSupprimer
  32. P'tete bien qu'un jour, nous prendrons le café ensemble ? va savoir...tu sais moi, quand ça me prend, je saute dans le camion, et hop je file tout droit...t'es quand meme pas au bout du monde, non ? j'espère qu'il y aura des petits biscuits salés avec le caoua, sinon, je viens pas...BizAnne, passe une bonne journée...

    RépondreSupprimer
  33. Espère déjà qu'il y ait du café....c'est pas gagné de ce temps là ! bises Pierrot, soleil et ciel bleu ici, matin tout doré, légère brume qui monte de l'eau et chevreuil dans la rosée, beauté !

    RépondreSupprimer
  34. on dirait que c'est toi qui sort de la brume ? non ? l'image que tu nous donnes de cette belle matinée éclaire un peu ma sombre journée. La pluie qui ne cessait de tomber chez Hélèna est arrivée jusqu'à nous. Paris sera bientôt inondé. Une petite pensée vers toi... Bises.

    RépondreSupprimer
  35. Elle ne tardera pas non plus ici, ça se couvre ; quant à moi je reprends souffle entre deux tempêtes, on est loin de l'accalmie souhaitée, hélas - mais je fais de mon mieux pour...chais même pas, pourquoi. Réflexe ? Habitude ? Merci de passer, Carole, je t'embrasse...

    RépondreSupprimer
  36. Très très beau poème !
    Emouvant , de belles images , j'en aime beaucoup la musique des mots .

    RépondreSupprimer
  37. J'aime beaucoup ce passage accompagné de ta voix il sonne fort
    C'est peut-être le vent qui fait battre un volet
    dans une maison basse au fond de ma mémoire
    que j'ai oublié de fermer avant de m'en aller
    pour toujours il y a des années
    et le volet n'en finit pas dans une autre nuit noire...
    fabuleux je regrette pas le passage
    merci

    de battre sur le mur disparu comme si le mur et lui
    existaient

    RépondreSupprimer
  38. Jean : Merci beaucoup, en ce moment il vibre particulièrement en moi.

    Lilia : Bonsoir et bienvenue ! Merci de ton commentaire ; je trouva aussi ce texte très fort, je le connais depuis des années et il me fait toujours autant d'effet !

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour Anne !
    J'aime beaucoup cet univers que je découvre. Des textes chauds, vrais, forts. Des mots qui touchent et qui appellent à la réflexion. C'est très joli.
    Merci pour ton passage chez moi et pour ton gentil commentaire ! Je reviendrai te rendre visite.
    Bonne soirée
    Sandrine

    RépondreSupprimer
  40. Bonsoir Sandrine, et bienvenue ! Promènes toi ici à ton aise, le lieu est fait pour ça...

    RépondreSupprimer
  41. Deamin matin, pour te changer des chevreuils, je publie une note avec moultes photos de rennes, en Laponie, tu verras, y en a de jolis...bise ma belle, bon week end...

    RépondreSupprimer
  42. J'ai senti tout à coup des odeurs de terre...
    la terre retournée
    les bois dénudés
    le ciel jamais étale qui pousse ses nuages avec des airs
    de cocotte endimanchée
    restera t il encore quelques grains à picorer?
    ET DES PROMENADES?

    RépondreSupprimer
  43. Effectivement le questionnement est d'importance.
    Amitiés Kinia

    RépondreSupprimer
  44. merci de ton gentil coucou chez moi, t'es adorable Anne...bisous, passe un bon week end...

    RépondreSupprimer
  45. Je dépose ici le petit rayon de soleil qui pointe à ma fenêtre...qu'il réchauffe ta journée...bizzz

    RépondreSupprimer
  46. Pierrot : Merci de tes passages, Pierrot, ça me requinque ! Oui, j'ai passé un bon week end, bisous !

    Laurence : bienvenue ! Mais oui, il en restera ! C'est inépuisable, la chaleur des souvenirs....! et la générosité de la Terre...

    Kinia : Bienvenue et merci de passer, j'espère que ça t'a plu...

    Rénica : Il m'a fait drôlement du bien, ton p'tit rayon de soleil tu sais ! bisous....et merci !

    RépondreSupprimer
  47. Coucou la Anne...chez moi, temps moyen, j'attends que la neige tombe en Ariège, pour aller me farcir des chemins en raquettes, sur le plateau de Beille, mais pour l'instant c'est encore un peu timide...j'te bizouille bien, passe une bonne journée...

    RépondreSupprimer
  48. Hey !
    oui les aléas de la vie de "campagne"... je trouve "à propos" ce texte...bon jeudi
    ;-D

    RépondreSupprimer
  49. Pierrot : la neige cette année, j'ai bien peur qu'elle se fasse rare....!

    Doume : bon jeudi et bon week end, merci de passer !

    RépondreSupprimer
  50. Bonsoir Anne,
    J'aime bien cette réflexion sur la tristesse qui nous envahit parfois, réminiscence, impression diffuse, étrange ...
    Amicalement
    Marcelle

    RépondreSupprimer
  51. Écouter, c'est bien beau écouter les libellules, voir les paons si élégants, entendre le galop des chevaux, découvrir le vent par le ballottement des arbres.Mais.
    Moi qui suis né à Montréal, il n'y avait pas de vent, que des buildings de 40-60 étages: interdit au vent de passer. Pas de paons, si ce n'est dans un zoo chauffé, des écureuils: nenni.
    Ce bucolisme est enchanteur, surtout depuis que je suis déménagé à la campagne et que ma femme n'est plus dévorée par les pylônes électroniques qui étaient nos voisins et la dévoraient.
    Les vingt et un quelques points d'interrogation pourraient se résumer en un seul: pourquoi ne pas tous déménager à la campagne?

    RépondreSupprimer
  52. Paques : Bonjour et bienvenue ! Oui, il y a des jours où on vague - c'est en effet une impression diffuse.

    Karl : parce que les industries se sont toutes développées à l'entour des villes, que les emplois ne sont pas à la campagne et que les moyens de transports restent rudimentaires !

    RépondreSupprimer
  53. Bonjour Anne, je passe afin de te remercier de tes gentils mots déposés chez moi, ça fait du bien...la vie peut etre belle, et aussi cruelle...je t'embrasse bien fort, passe une bonne journée...

    RépondreSupprimer
  54. Merci, Pierrot, passe une bonne journée aussi ! oui, nous en voyons de toutes les couleurs, hein ? Mais si je me réfère aux nombres de coms sous tes billets ces jours-ci, tu as la chance, car ç'en est une, de compter bien des amis qui pensent à toi.....

    RépondreSupprimer
  55. Tu sais Anne les commentaires, c'est pas la course, les gens passent car je réponds à leurs mots, mais bon...j'aime bien les tiens...bisous...

    RépondreSupprimer
  56. ah, moi je te le pique, il est si beau ce poème,

    rien que pour ce vers :

    "Est-ce un chagrin de mes dix ans ayant rejoint ma piste ?"

    à bientôt :-)

    RépondreSupprimer
  57. Pierrot : ça me fait bien plaisir ! :) merci..

    Rotko : bonsoir, et bienvenue, c'est gentil de me rendre visite ! bien sûr, prends-le ce poème ! je suis bien contente qu'il te "parle" aussi !

    RépondreSupprimer
  58. Commence à faire froid, chez moi, brouillard un max...prépare moi un chocolat, je m'installe près de la cheminée...bisou Anne, bon week end...

    RépondreSupprimer
  59. Bon week end Pierrot, on a le même temps, mais y a pas de feu, dans ma cheminée...! Pour le chocolat par contre, ça marche !

    RépondreSupprimer
  60. Bon dac, je passerai un de ces jours, avec les petits gateaux, ceux que tu aimes, j'les connais...bisou, passe un bon week end...

    RépondreSupprimer
  61. Hihi....si ton camion est équipé pour que tu pionces dedans par tous les temps, ça se cogite....Mon Monsieur l'Homme connaîtra un blogueur de plus, comme ça....

    RépondreSupprimer

allez, dites-moi tout !