dimanche 19 juillet 2015

Québec jours 10 - 11 - 12 - 13.


Hello ! ça fait un bail, hein ? 

Je suis devenue si occupée. Et puis, ça devenait un fardeau, aussi. 

Mais ce voyage, que j'ai commencé à vous raconter il y a deux ans et demi, il faut bien que je vous le termine, ça ne peut pas durer comme ça.

Comme si moi, je n'avais pas eu envie de le voir finir...comme s'il m'avait fallu arrêter le temps.

Depuis, il s'est passé bien des choses. J'ai vécu. Vous aussi.

Il est temps de débloquer la pendule, et de laisser les aiguilles tourner, de nouveau.

----------------------

Au matin, dans le camp de Delphis, la grosse surprise et la grosse rencontre, ça a été ça :


Monsieur Porc-Epic se dandinait bien tranquillement, très occupé à ravager les arbres de Delphis. J'ai poussé une couinée hystérique qui a fait rigoler tout le monde - moi aussi, après : je pensais qu'il fallait agir vite-vite, mais j'ignorais, moi, ce que tout le monde savait : un porc-épic, ça fait du...2 à l'heure. Y avait pas le feu, hein....

Delphis s'est occupé du bestiau, afin qu'il ne nuise plus à ses arbres, puis nous avons déjeûné, et nous nous sommes apprêtés à quitter le camp, direction : chez Roger, Roger, Kathleen et moi, pour un petit temps de repos au milieu de nulle-part. Delphis et Sylvie nous accompagnent.

En route ! Les bagages sur la traîne, et moi...sur les raquettes !!!



Nous avons rejoint les voitures, nous avons roulé un bout de temps, et nous sommes arrivés, au milieu de nulle part, dans la belle maison rouge de Roger, avec armes et bagages.


Là, nous attendait une surprise de taille : la pompe à eau avait gelé, et y avait plus d'eau. Laver la vaisselle à l'eau en bouteille, faire sa toilette aux lingettes-de-touriste et "tirer" la chasse d'eau avec l'eau sale de la vaisselle chaque soir, check.

Pétée de rire. L'Aventure, c'est CA, mes gens.

Et Roger passa les deux jours suivants à retirer, démonter, réparer et remonter la pompe à eau, heureusement pas tout seul, pendant que je prenais de la nature plein les yeux :

Par exemple, les petits Bruants des Neiges, toujours en train de remuer,
ou le Pic Chevelu, que je voyais pour la première fois, et qui n'existe pas en Europe.

Le matin dès 6 h 30, la déneigeuse passait sur le rang dans un potin du diable, comme un énorme alien d'acier. Une Puissance Mécanique comme je n'en connaissais pas.


On a passé pas mal de bon temps, Roger, Kathleen et moi, ces trois jours-là ; j'ai rencontré leur ami Jacques, venu aider pour la pompe, quelqu'un de gentil et très agréable. On a pas mal bavardé, pas mal rigolé, et pas mal galéré vu que l'eau manquait. Je me suis fait des souvenirs inoubliables, eux aussi j'espère.

Puis il a fallu m'en retourner sur Montréal, la fin du voyage approchait. J'ai pris le gros bus aux sièges glissants de la compagnie Orléans, en trouvant ça marrant - et en oubliant chez Roger le gilet de mon père, que Kathleen me fit repasser par le bus du lendemain. Le gilet de mon père...tout un symbole, une protection virtuelle depuis l'au-delà, il faut croire que j'ai dû grandir pendant le voyage, pour l'oublier comme ça....J'ai été très heureuse de le retrouver, ce bon vieux gilet. Il tombe en ruine, mais je le porte encore.

Le gros totobus.

C'est parti pour la traversée du Québec ! Une journée pour aller jusqu'à Montréal !!! Et tout au long du voyage, l'Hiver à perte de vue, le Grand Hiver Québécois, le Grand Royaume Blanc du silence, défilant derrière la vitre.








17 commentaires:

  1. Eh! eh! oui, oui...
    par contre, tu aurais pu reprendre en été. Tu sais, nous, Québécois, nous parler de l'hiver en pleine canicule de l'été!
    Mais bon, comme c'est toi, que ça fait très beaucoup longtemps... tu es toute pardonnée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi ! C'est pour vous rafraîchir, weillons ! :D
      Dame, j'ai repris où j'en étais, le Québec en été, j'ai pas encore vu !

      Supprimer
  2. Ah, ça fait plaisir.... tu nous lâches plus hein???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 'F'rais c'que j'peux, ma Pomme, mais je ne vais pas laisser repasser deux ans et demi, promis ! :)

      Supprimer
    2. Tu sais je comprends ; en ce moment j'ai pas trop le temps non plus... Je ralentis et puis on peut pas faire tout le temps la même chose

      Supprimer
  3. le Grand Royaume Blanc du silence... tin nin .... fondu au blanc ( effet visuel) :-)

    RépondreSupprimer
  4. bon retour !
    de quoi se sentir moins seul hein !
    Bises Doume

    RépondreSupprimer
  5. Ça faisait un bail... Et tu nous fournis un peu de notre fraîcheur hivernale en juillet... Mon pays t'en remercie. ;)

    RépondreSupprimer
  6. Tu vois, même virtuellement, j'ai du mal à m'en retourner ! ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Je ne t'attendais plus, mais merci de reprendre
    le témoignage comme si c'était hier chère amie.
    Te lire est comme si tu n'avais jamais
    arrêté d'être avec nous.

    Prends ton temps mon amie.
    On a tout le nôtre. :-)

    Merci.

    RépondreSupprimer
  8. Oui, parce que je ne marche pas vite ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Quel plaisir de te retrouver et de voir la neige par +30 ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Manouche ! un petit rafraîchissement, hein ? ;-)

      Supprimer
  10. Merci pour ces images qui me re souviennent l'heureux temps de l'hiver québécois...et de l'extraordinaire effet apaisant de la blancheur sur la rétine citadine

    des bisous par flocons!

    RépondreSupprimer

allez, dites-moi tout !